Comment éviter une infection des voies urinaires ?

infection des voies urinaires

Publié le : 02 septembre 20227 mins de lecture

Les infections urinaires peuvent avoir lieu dans n’importe quelle voie urinaire. Cependant, la vessie (là où est placée l’urine) est l’endroit le plus courant, suivie de l’urètre (le canal par lequel l’être humain urine). Par contre, bien qu’elle soit moins fréquente, l’infection des reins est plus grave. Comment donc prévenir une infection des voies urinaires ?

 

Infections urinaires : qu’est-ce que c’est ?

Une infection urinaire est une altération qui peut affecter une ou de nombreuses parties du système urinaire : les reins, les uretères (canaux se situant entre la vessie et les reins), l’urètre (canal se trouvant entre l’extérieur de l’organisme et la vessie) et la vessie. Son origine est souvent bactérienne. L’infection de la vessie ou encore la cystite est la forme la plus habituelle de l’infection urinaire. Ses manifestations les plus courantes sont une perception de brûlure ou une douleur pendant la miction, une envie d’uriner assez fréquente et pressante, pour n’évacuer que peu de gouttes, ainsi qu’une pesanteur située le plus souvent dans le bas-ventre. Il peut également y avoir dans l’urine un peu de sang. L’urine peut alors être infecte et trouble. Des souffrances au dos et de la fièvre sont présentes lorsque l’infection touche les reins.

Si un individu a l’un ou l’autre de ces signes, il doit boire beaucoup d’eau en vue d’aider au nettoyage de la vessie. Il doit autant consulter sans tarder un médecin et éviter le café, sachant que cette boisson est assez diurétique. Par ailleurs, avec plus de trois infections par an, la consultation d’un urologue est indispensable. Dès que la présence de l’infection est justifiée, la prise d’antibiotiques est conseillée. Cependant, l’automédication est vivement déconseillée. Consultez donc toujours un médecin. Ensuite, il est recommandé de boire beaucoup d’eau. Ce qui peut éventuellement « flusher » les microbes, mais c’est incommodant et long, donc risqué. En effet, une infection mal soignée ou non-traitée convenablement peut attaquer les reins, ensuite pénétrer dans le sang et provoquer une septicémie. Au sujet du diabète et infection urinaire, les individus diabétiques dont le diabète n’est pas maîtrisé sont beaucoup plus exposés aux risques du développement des infections.

Les causes de l’infection urinaire

Tout d’abord, il est constaté que les femmes sont beaucoup plus sujettes que les hommes à la cystite. En effet, près de 70% d’entre les femmes auront au minimum une infection urinaire dans leur vie, contre moins de 10% de la gente masculine. Voici comment s’explique ce fait : les hommes, étant donné qu’ils ont un pénis, ont un urètre élancé. En conséquence, cette piste d’entrée se trouve éloignée du rectum, inversement aux femmes qui ont un urètre court. D’ailleurs, la cystite survient généralement après un rapport sexuel, étant donné la proximité entre l’urètre et l’anus.

Le début de la vie sexuelle est chez les femmes notamment favorable aux infections, exactement comme lorsqu’il y a reprise de relations sexuelles après une abstinence assez longue ou lorsqu’il y a des rapports sexuels avec un nouveau partenaire ou encore durant la grossesse. Chez les femmes, il n’y a donc pas de rémission, peu importe leur âge. Ainsi, les post-ménopausées peuvent autant avoir une infection urinaire à cause de la diminution d’œstrogènes. Le risque de contraction d’une infection urinaire chez la femme est donc perpétuel.

Les hommes, de par leur anatomie, ont une longueur d’avance. Ils sont moins affectés par une infection urinaire. Par contre, quand ils en contractent, ils doivent faire des analyses plus poussées, étant donné que cela peut indiquer une condition ou une cause plus grave. En outre, puisqu’avec l’âge, la prostate grossit, les hommes plus âgés sont plus exposés aux risques d’une infection urinaire et, de ce fait, doivent la faire examiner.

Les autres facteurs de risques de contraction d’une infection urinaire

Les personnes diabétiques sont plus sujettes à la contraction d’une infection urinaire puisque le taux de sucre dans l’urine élevé cause la multiplication des bactéries. Les personnes âgées ont autant une sensibilité développée à la cystite, étant donné qu’elles accumulent de nombreux facteurs de risque. En effet, elles ont un système immunitaire moins vigoureux, ont tendance à boire moins d’eau et subissent une diminution d’œstrogènes. A tout cela s’ajoutent leurs problèmes de prostate ainsi que leurs hospitalisations qui sont plus récurrents. D’autant plus, une intervention chirurgicale ainsi que des pierres aux reins peuvent également causer une cystite. Il n’y a, par contre, pas de surcroît des infections urinaires pendant la saison estivale.

Comment éviter une infection urinaire ?

Afin de prévenir une contraction d’une infection urinaire, il faut boire suffisamment d’eau (entre 6 à 8 verres par jour). En effet, le risque d’infection s’accroît lorsque les urines sont concentrées. Boire beaucoup d’eau aide donc à l’élimination des microbes des voies urinaires en nettoyant l’urètre et la vessie. Il faut également, lorsque l’on va à la selle, s’essuyer vers l’arrière (de l’avant vers l’arrière). Cela permet d’éviter de transporter vers l’urètre les germes. Ensuite, juste après les rapports sexuels, il faudra uriner. Cela favorise l’évacuation des bactéries.

Avoir une parfaite hygiène intime est autant recommandé. Celle-ci doit autant rester douce en évitant l’utilisation de déodorants intimes et de produits antiseptiques. Avoir une excellente hygiène intime permet d’éliminer les bactéries. Le fait d’éviter d’outrepasser d’un orifice à l’autre lors des relations sexuelles permet aussi d’éviter la contraction d’une infection urinaire. Il est pareillement déconseillé de se retenir d’uriner. Pour cela, il faudra à chaque fois que l’on urine vider entièrement la vessie. Enfin, il est préconisé d’éviter la constipation car celle-ci empêche de vider convenablement la vessie.

Pourquoi il est important de porter un masque de protection
Injection d’insuline : les bons gestes pour les soins infirmiers

Plan du site